Photos de Josiane

jeudi 18 décembre

LA FORET DE LOURDIOS 6

Aux arbres

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! - vous m'avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d'eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m'occupent tout un jour.
La contemplation m'emplit le coeur d'amour.
Vous m'avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l'esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l'oeil dans l'herbe profonde,
L'étude d'un atome et l'étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu, 
Arbres, vous m'avez vu fuir l'homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s'élance,
Et je suis plein d'oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, - je vous atteste, ô bois aimés du ciel! -
J'ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon coeur est encor tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l'on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m'entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute et qui m'aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c'est dans votre ombre et dans votre mystère,
C'est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m'endormirai.

 

Victot HUGO (1802-1885)

 

 

IMG_7468

 

IMG_7469

 

IMG_7470

 

IMG_7471

 

IMG_7473

 

IMG_7474

 

IMG_7475

 

IMG_7476

 

IMG_7477

Posté par Josiane64 à 17:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]


mercredi 17 décembre

LA FORET DE LOURDIOS 5

 

Les Arbres


Dans l’azur de l’avril, dans le gris de l’automne,
Les arbres ont un charme inquiet et mouvant.
Le peuplier se ploie et se tord sous le vent,
Pareil aux corps de femme où le désir frissonne.

Sa grâce a des langueurs de chair qui s’abandonne,
Son feuillage murmure et frémit en rêvant,
Et s’incline, amoureux des roses du Levant.
Le tremble porte au front une pâle couronne.

Vêtu de clair de lune et de reflets d’argent,
S’effile le bouleau dont l’ivoire changeant
Projette des pâleurs aux ombres incertaines.

Les tilleuls ont l’odeur des âpres cheveux bruns,
Et des acacias aux verdures lointaines
Tombe divinement la neige des parfums.

Renée Vivien, Cendres et Poussières, 1902

 

 

IMG_7460

 

IMG_7461

 

IMG_7462

 

IMG_7464

 

 

 

IMG_7467

 

 

Posté par Josiane64 à 17:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]

mardi 16 décembre

LA FORET DE LOURDIOS 4

 

Dans les Bois


D’autres, - des innocents ou bien des lymphatiques, -
Ne trouvent dans les bois que charmes langoureux,
Souffles frais et parfums tièdes. Ils sont heureux !
D’autres s’y sentent pris - rêveurs - d’effrois mystiques.

Ils sont heureux ! Pour moi, nerveux, et qu’un remords
Epouvantable et vague affole sans relâche,
Par les forêts je tremble à la façon d’un lâche
Qui craindrait une embûche ou qui verrait des morts.

Ces grands rameaux jamais apaisés, comme l’onde,
D’où tombe un noir silence avec une ombre encore
Plus noire, tout ce morne et sinistre décor
Me remplit d’une horreur triviale et profonde.

Surtout les soirs d’été : la rougeur du couchant
Le fond dans le gris bleu des brumes qu’elle teinte
D’incendie et de sang ; et l’angélus qui tinte
Au lointain semble un cri plaintif se rapprochant.

Le vent se lève chaud et lourd, un frisson passe
Et repasse, toujours plus fort, dans l’épaisseur
Toujours plus sombre des hauts chênes, obsesseur,
Et s’éparpille, ainsi qu’un miasme, dans l’espace.

La nuit vient. Le hibou s’envole. C’est l’instant
Où l’on songe aux récits des aïeules naïves…
Sous un fourré, là-bas, là-bas, des sources vives
Font un bruit d’assassins postés se concertant.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

 

 

IMG_7447

 

IMG_7448

 

IMG_7455

 

IMG_7456

 

IMG_7458

 

IMG_7459

 

 

Posté par Josiane64 à 17:20 - Commentaires [15] - Permalien [#]

lundi 15 décembre

LA FORET DE LOURDIOS 1

 LA FORÊT
Forêt silencieusee, aimable solitude,
Que j'aime à parcourir votre ombrage ignoré
Dans vos sombres détours, en rêvant égaré,
J'éprouve un sentiment libre d'inquiétude,
Prestige de mon coeur! je crois voir s'exhaler
Des arbres, des gazons, une douce tristesse:
Cette onde que j'entends murmure avec mollesse,
Et dans le fond des bois semble encor m'appeler.
Oh! que ne puis-je, heureux, passer ma vie entière
Ici, loin des humains! Au bruit de ces ruisseaux,
Sur un tapis de fleurs, sur l'herbe printanière,
Qu'ignoré je sommeille à l'ombre des ormeaux!
Tout parle, tout me plaît sous ces vo¸utes tranquilles:
Ces genêtes, ornements d'un sauvage réduit,
Ce chèvrefeuille atteint d'un vent léger qui fuit,
Balancent tour à tour leurs guirlandes mobiles.
Forêts dans vos abris gardez mes voeux offerts,
A quel amant jamais serez-vous aussi chères?
D'autres vous rediront des amours étrangères;
Moi, de vos charmes seuls j'entretiens vos déserts.
CHATEAUBRIAND



IMG_7424

 

IMG_7425

 

 

IMG_7426

 

IMG_7428

 

IMG_7430





Posté par Josiane64 à 18:17 - Commentaires [15] - Permalien [#]

dimanche 14 décembre

LA CASCADE

La grande cascade

A cette heure, elle n'est sensible, 
La grande cascade du roc, 
Qui par son tonnerre d'un bloc, 
La nuit la rend toute invisible.

Et, pourtant, sa rumeur compacte 
Décèle son bavement fou, 
Sa chute à pic, en casse-cou, 
Son ruement lourd de cataracte.

Un instant, l'astre frais et pur 
Écarte son nuage obscur, 
Comme un oeil lève sa paupière ;

Et l'on croit voir, subitement, 
Crouler des murs de diamant 
Dans un abîme de lumière.

 

Maurice ROLLINARD  (1846-1903)

 

IMG_7064

 

IMG_7065

 

IMG_7066

 

IMG_7068

 

IMG_7069

 

IMG_7070

 

IMG_7071

 

IMG_7072

 

IMG_7075

 

IMG_7079

 

IMG_7080

Posté par Josiane64 à 14:58 - Commentaires [20] - Permalien [#]



vendredi 12 décembre

LES JUMEAUX A HANDAYE - LE FORT DE SOCOA

 

Au bord de la mer


Près de la mer, sur un de ces rivages
Où chaque année, avec les doux zéphyrs,
On voit passer les abeilles volages
Qui, bien souvent, n’apportent que soupirs,
Nul ne pouvait résister à leurs charmes,
Nul ne pouvait braver ces yeux vainqueurs
Qui font couler partout beaucoup de larmes
Et qui partout prennent beaucoup de coeurs.
Quelqu’un pourtant se riait de leurs chaînes,
Son seul amour, c’était la liberté,
Il méprisait l’Amour et la Beauté.
Tantôt, debout sur un roc solitaire,
Il se penchait sur les flots écumeux
Et sa pensée, abandonnant la terre
Semblait percer les mystères des cieux.
Tantôt, courant sur l’arène marine,
Il poursuivait les grands oiseaux de mer,
Imaginant sentir dans sa poitrine
La Liberté pénétrer avec l’air.
Et puis le soir, au moment où la lune
Traînait sur l’eau l’ombre des grands rochers,
Il voyait à travers la nuit brune
Deux yeux amis sur sa face attachés.
Quand il passait près des salles de danse,
Qu’il entendait l’orchestre résonner,
Et, sous les pieds qui frappaient en cadence
Quand il sentait la terre frissonner
Il se disait: Que le monde est frivole!”
Qu’avez-vous fait de votre liberté!
Ce n’est pour vous qu’une vaine parole,
Hommes sans coeur, vous êtes sans fierté!
Pourtant un jour, il y porta ses pas
Ce qu’il y vit, je ne le saurais dire
Mais sur les monts il ne retourna pas.

Étretat, 1867

Guy de MaupassantPoésie Diverses

 

 

IMG_7860

 

IMG_7861

 

IMG_7862

 

IMG_7864

 

IMG_7865

 

IMG_7866

 

IMG_7867

 

IMG_7868

 

IMG_7869

 

Posté par Josiane64 à 17:42 - Commentaires [17] - Permalien [#]

jeudi 11 décembre

LA FORÊT DE LOURDIOS (3)

Théodore de Banville (1823-1891)
"Nous n'irons plus au bois"

Nous n'irons plus au bois, les lauriers sont coupés.
Les Amours des bassins, les Naïades en groupe
Voient reluire au soleil en cristaux découpés
Les flots silencieux qui coulaient de leur coupe.
Les lauriers sont coupés, et le cerf aux abois
Tressaille au son du cor ; nous n'irons plus au bois,
Où des enfants joueurs riait la folle troupe
Parmi les lys d'argent aux pleurs du ciel trempés ;
Voici l'herbe qu'on fauche et les lauriers qu'on coupe.
Nous n'irons plus au bois, les lauriers sont coupés.

 

 

IMG_7441

 

IMG_7442

 

IMG_7443

 

IMG_7444

 

IMG_7445

 

 

Posté par Josiane64 à 16:52 - Commentaires [18] - Permalien [#]

mardi 09 décembre

LA MER A ANGLET

La mer


La mer pousse une vaste plainte,
Se tord et se roule avec bruit,
Ainsi qu’une géante enceinte
Qui des grandes douleurs atteinte,
Ne pourrait pas donner son fruit ;

Et sa pleine rondeur se lève
Et s’abaisse avec désespoir.
Mais elle a des heures de trêve :
Alors sous l’azur elle rêve,
Calme et lisse comme un miroir.

Ses pieds caressent les empires,
Ses mains soutiennent les vaisseaux,
Elle rit aux moindres zéphires,
Et les cordages sont des lyres,
Et les hunes sont des berceaux.

Elle dit au marin : “Pardonne
Si mon tourment te fait mourir ;
Hélas ! Je sens que je suis bonne,
Mais je souffre et ne vois personne
D’assez fort pour me secourir !”

Puis elle s’enfle encor, se creuse
Et gémit dans sa profondeur ;
Telle, en sa force douloureuse,
Une grande âme malheureuse
Qu’isole sa propre grandeur !

René-François Sully PrudhommeLes solitudes

 

IMG_7879

 

IMG_7880

 

IMG_7885

 

IMG_7886

 

IMG_7888

 

IMG_7889

 

IMG_7891

 

IMG_7894

 

IMG_7895

 

IMG_7899

 

IMG_7900

 

Photos prisent cet après midi, il faisait tellement beau que je n'ai pas pu rester enfermé

 

Posté par Josiane64 à 17:02 - Commentaires [20] - Permalien [#]

lundi 08 décembre

LA FORÊT DE LOURDIOS (2)

 

Aux arbres

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! - vous m'avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d'eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m'occupent tout un jour.
La contemplation m'emplit le coeur d'amour.
Vous m'avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l'esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l'oeil dans l'herbe profonde,
L'étude d'un atome et l'étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu, 
Arbres, vous m'avez vu fuir l'homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s'élance,
Et je suis plein d'oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, - je vous atteste, ô bois aimés du ciel! -
J'ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon coeur est encor tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l'on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m'entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute et qui m'aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c'est dans votre ombre et dans votre mystère,
C'est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m'endormirai.

Victot HUGO (1800-1855)

 

IMG_7432

 

IMG_7433

 

IMG_7434

 

IMG_7435

 

IMG_7436

 

IMG_7437

 

IMG_7438

 

IMG_7440

 

 

Posté par Josiane64 à 16:15 - Commentaires [17] - Permalien [#]

samedi 06 décembre

LA FORÊT DE LOURDIOS

 

 

La Forêt


Forêt silencieuse, aimable solitude,
Que j’aime à parcourir votre ombrage ignoré !
Dans vos sombres détours, en rêvant égaré,
J’éprouve un sentiment libre d’inquiétude !
Prestiges de mon cœur ! je crois voir s’exhaler
Des arbres, des gazons une douce tristesse :
Cette onde que j’entends murmure avec mollesse,
Et dans le fond des bois semble encor m’appeler.
Oh ! que ne puis-je, heureux, passer ma vie entière
Ici, loin des humains !… Au bruit de ces ruisseaux,
Sur un tapis de fleurs, sur l’herbe printanière,
Qu’ignoré je sommeille à l’ombre des ormeaux !
Tout parle, tout me plaît sous ces voûtes tranquilles ;
Ces genêts, ornements d’un sauvage réduit,
Ce chèvrefeuille atteint d’un vent léger qui fuit,
Balancent tour à tour leurs guirlandes mobiles.
Forêts, dans vos abris gardez mes vœux offerts !
A quel amant jamais serez-vous aussi chères ?
D’autres vous rediront des amours étrangères ;
Moi de vos charmes seuls j’entretiens les déserts.

François-René de Chateaubriand, Tableaux de la nature

 

 

IMG_7424

 

IMG_7425

 

 

 

IMG_7426

 

IMG_7427

 

 

 

IMG_7428

 

IMG_7429

 

 

 

IMG_7430

 

IMG_7431

 

 

 

 

 

Posté par Josiane64 à 16:52 - Commentaires [17] - Permalien [#]

vendredi 05 décembre

BORCE - 5. Son église

L'église

Simone, je veux bien. Les bruits du soir
Sont doux comme un cantique chanté par des enfants.
L'église obscure ressemble à un vieux manoir ;
Les roses ont une odeur grave d'amour et d'encens.

Je veux bien, nous irons lentement et bien sages, 
Salués par les gens qui reviennent des foins ;
J'ouvrirai la barrière d'avance à ton passage, 
Et le chien nous suivra longtemps d'un œil chagrin.

Pendant que tu prieras, je songerai aux hommes
Qui ont bâti ces murailles, le clocher, la tour, 
La lourde nef pareille à une bête de somme
Chargée du poids de nos péchés de tous les jours ;

Aux hommes qui ont taillé les pierres du portail
Et qui ont mis sous le porche un grand bénitier ;
Aux hommes qui ont peint des rois sur le vitrail
Et un petit enfant qui dort chez un fermier.

Je songerai aux hommes qui ont forgé la croix, 
Le coq, les gonds et les ferrures de la porte ;
À ceux qui ont sculpté la belle sainte en bois
Qui est représentée les mains jointes et morte.

Je songerai à ceux qui ont fondu le bronze
Des cloches où l'on jetait un petit agneau d'or, 
A ceux qui ont creusé, en l'an mil deux cent onze, 
Le caveau où repose saint Roch, comme un trésor ;

À ceux qui ont tissé la tunique de lin
Pendue sous un rideau à gauche de l'autel ;
À ceux qui ont chanté au livre du lutrin ;
À ceux qui ont doré les fermoirs du missel.

Je songerai aux mains qui ont touché l'hostie, 
Aux mains qui ont béni et qui ont baptisé ;
Je songerai aux bagues, aux cierges, aux agonies ;
Je songerai aux yeux des femmes qui ont pleuré.

Je songerai aussi aux morts du cimetière, 
A ceux qui ne sont plus que de l'herbe et des fleurs, 
À ceux dont les noms se lisent encore sur les pierres, 
À la croix qui les garde jusqu'à la dernière heure.

Quand nous reviendrons, Simone, il sera nuit close ;
Nous aurons l'air de fantômes sous les sapins, 
Nous penserons à Dieu, à nous, à bien des choses, 
Au chien qui nous attend, aux roses du jardin.

Remy de Gourmont (poème dédié à Francis Jammes), Simone, 1897.

 

 

IMG_6987

 

IMG_6988

 

IMG_6989

 

IMG_6993

 

IMG_6996

 

IMG_7000

 

IMG_7001

 

IMG_7006

 

IMG_7007

 

IMG_7008

 

IMG_7014

Posté par Josiane64 à 17:45 - Commentaires [13] - Permalien [#]

jeudi 04 décembre

BORCE - 4

 

 

MON PETIT VILLAGE

 

Autour du vieux clocher, avec sa flèche altière,

S'élançant vers le ciel d'un élan merveilleux

Et là-bas, tout au fond, le calme cimetière

À l'ombre des cyprès où dorment nos aïeux.

     

Quelques vieilles maisons, nichées dans la nature,

Entourées de forêts et de verts pâturages

De chênes séculaires aux puissantes ramures

Multiplient la beauté de mon petit village.

 

Un mince filet d'or, source miraculeuse

Sortant des profondeurs du terrain sablonneux

Permet la guérison par ses eaux vertueuses

Si bien qu'on l'adopta : Patronne de ces lieux.

    

Par la route poudreuse, aux contreforts des dunes,

Se trouve un petit lac, recouvert de roseaux

Paradis merveilleux apportant la fortune

Ou simplement la joie de pêcher dans ses eaux.

 

Les vieux murs de l'école où j'ai appris à lire,

Émoussés par le temps et les vents de l'hiver,

Avec le grand préau plein de chants et de rires

Réchauffent tous les cœurs malgré les courants d'air.

     

Au dessus de l'école, il y a la mairie

Où chacun vient inscrire le nom du nouveau-né,

Les fiancé par l'union, se croient au paradis

Tandis que s'additionnent ceux qui partent à jamais.

 

Les coins et les recoins de mon petit village

Je le connais par cœur et sur le bout des doigts

Le sentier des troupeaux et les landes sauvages

Les ayant parcourus jadis et autrefois.

 

Jean Camille GASTON (1923-1996

 

 

 

 

 

IMG_6986

IMG_6975

 

IMG_6979

 

 

 

IMG_6969

 

IMG_6970

 

IMG_6971

 

IMG_6972

 

 

 

Posté par Josiane64 à 18:20 - Commentaires [20] - Permalien [#]

mercredi 03 décembre

BORCE - 3 et ses ruelles

L’Allée


Fardée et peinte comme au temps des bergeries,
Frêle parmi les nœuds énormes de rubans,
Elle passe sous les ramures assombries,
Dans l’allée où verdit la mousse des vieux bancs,
Avec mille façons et mille afféteries
Qu’on garde d’ordinaire aux perruches chéries.
Sa longue robe à queue est bleue, et l’éventail
Qu’elle froisse en ses doigts fluets aux larges bagues
S’égaie un des sujets érotiques, si vagues
Qu’elle sourit, tout en rêvant, à maint détail.
— Blonde, en somme. Le nez mignon avec la bouche
Incarnadine, grasse, et divine d’orgueil
Inconscient. — D’ailleurs plus fine que la mouche
Qui ravive l’éclat un peu niais de l’œil.

Paul Verlaine, Fêtes galantes

 

 

IMG_6952

 

 

 

 

IMG_6955

 

IMG_6956

 

IMG_6963

 

IMG_6966

 

IMG_6968

 

 

 

 

 

Posté par Josiane64 à 18:17 - Commentaires [18] - Permalien [#]

mardi 02 décembre

BORCE - 2

PETIT VILLAGE  

Petit village au bord des bois,

Petit village au bord des plaines,

Parmi les pommiers, non loin des grands chênes,

Lorsque j'aperçois

Le coq et la croix

De ton clocher d'ardoises grises,

De ton clocher fin,

A travers ormes et sapins,

D'étranges musiques me grisent ;

Je vois des yeux dans le soir étoilé :

Là je suis né...

 

Petit village au bord des champs,

Petit village entre les haies,

Tour à tour paré de fleurs et de baies,

Lorsque les doux chants

De ton frais printemps,

Quand l'odeur de tes violettes,

De tes blancs muguets

Pénètrent mon cœur inquiet,

J'oublie et tumulte et tempêtes ;

J'entends des voix dans le soir parfumé :

Là j'ai aimé...

 

Petit village aux courtils verts,

Petit village de silence,

Où la cloche sonne un vieil air de France,

J'aime les éclairs

De tes cieux couverts,

Ton soleil fin entre les arbres,

Les feux de tes nuits,

L'oeil fixe et profond de tes puitTon doux cimetière sans marbres,

Plein d'oiseaux fous et luisant comme pré :

Là je viendrai...

 

Philéas Lebesgue

 

IMG_6938

 

IMG_6939

 

IMG_6941

 

IMG_6942

 

IMG_6946

 

IMG_6948

 

 

IMG_6949

 

IMG_6951

 

 

 

Posté par Josiane64 à 16:40 - Commentaires [9] - Permalien [#]

lundi 01 décembre

BORCE - 1

Un village


Des murs crépis, de pauvres toits,
Un pont, un chemin de halage,
Et le moulin qui fait sa croix
De haut en bas, sur le village.

Les appentis et les maisons
S’échouent, ainsi que choses mortes.
Le filet dort : et les poissons
Sèchent, pendus au seuil des portes.

Un chien sursaute en longs abois ;
Des cris passent, lourds et funèbres ;
Le menuisier coupe son bois,
Presque à tâtons, dans les ténèbres.

Tous les métiers à bruit discord
Se sont lassés l’un après l’autre
Derrière un mur, marmonne encor
Un dernier bruit de patenôtres.

Une pauvresse aux longues mains,
Du bout de son bâton tâtonne
De seuil en seuil, par les chemins ;
Le soir se fait et c’est l’automne.

Et puis viendra l’hiver osseux,
Le maigre hiver expiatoire,
Où les gens sont plus malchanceux
Que les âmes en purgatoire.

Emile Verhaeren, Toute la Flandre

IMG_6931

 

IMG_6932

 

IMG_6933

 

IMG_6934

 

IMG_6935

 

IMG_6936

 

IMG_6937

 

Pour le pèlerin comme pour le pyrénéiste, le petit village de BORCE c'est comme un pincement au coeur. Ce petit village s'est toujours imposé comme village étape, hier comme aujourd'hui, et l'histoire moderne a voulu qu'il incarne les Pyrénées à travers son ours pyrénéen, pendant une vingtaine d'années, et son parc animalier pyrénen aujourd'hui. 

BORCE village etape du chemin de Compostelle 
au pied de Pyrénées.

 

 

 

Posté par Josiane64 à 16:40 - Commentaires [18] - Permalien [#]

dimanche 30 novembre

LE PLATEAU DE LHERS - 2

 

Les Yeux bleus de la Montagne

Théophile GAUTIER
Recueil : "España"

On trouve dans les monts des lacs de quelques toises,
Purs comme des cristaux, bleus comme des turquoises,
Joyaux tombés du doigt de l’ange Ithuriel,
Où le chamois craintif, lorsqu’il vient pour y boire,
S’imagine, trompé par l’optique illusoire,
Laper l’azur du ciel.

Ces limpides bassins, quand le jour s’y reflète,
Ont comme la prunelle une humide paillette ;
Et ce sont les yeux bleus, au regard calme et doux,
Par lesquels la montagne en extase contemple,
Forgeant quelque soleil dans le fond de son temple,
Dieu, l’ouvrier jaloux !

 

 

IMG_7047

 

IMG_7052

 

IMG_7055

 

IMG_7056

 

IMG_7057

 

IMG_7060

 

IMG_7063

 

 

Posté par Josiane64 à 18:15 - Commentaires [14] - Permalien [#]

samedi 29 novembre

LE PLATEAU DE LHERS - 1

 

BALADE EN MONTAGNE

Je goûte au silence du matin,

Dans la courbe tendre du chemin,

La rosée perle de son écrin, 
Dans ce chaud soleil de juin.

Mon regard pénètre émerveillé,
Au cœur de cette contrée,
Où se dresse en toute beauté,
La cime fière de ce mont aimé. 

Je goûte à l'arôme délicat,
Des fleurs qui guide mes pas,
Tandis que se perche du haut des mélèzes,
Une odeur parfumée de sève,

Le chemins enlace la pente,
Se blottit au creux du ravin,
Le torrent dans le lointain chante
Sous une pluie d'éclats cristallins 

Auteur anonyme

 

 

IMG_7042

 

IMG_7044

 

IMG_7045

 

IMG_7046

 

IMG_7047

 

IMG_7051

 

IMG_7052

 

 Le village de Lhers est situé à 1 000 mètres d’altitude et compte quelques 40 habitants permanents. Les fermes sont dissiminées sur l’ensemble du plateau comme posées sur un tapis de verdure. Avant la montée en estive et à l’automne, le plateau accueille les troupeaux et demeure parfaitement entretenu. Les canaux d’irrigation sont toujours en activité. Le vert des pâturages se marie avec le vert de fougères. Toujours ramassée, elle est séchée pour servir de litières aux troupeaux pendant l’hiver.

Avant la haute montagne et sa minéralité, c’est la douceur des formes et des couleurs qui apaisent et enchantent sur ce plateau.

 

 

Posté par Josiane64 à 14:58 - Commentaires [18] - Permalien [#]

jeudi 27 novembre

SARRANCE

PETIT VILLAGE  

Petit village au bord des bois,

Petit village au bord des plaines,

Parmi les pommiers, non loin des grands chênes,

Lorsque j'aperçois

Le coq et la croix

De ton clocher d'ardoises grises,

De ton clocher fin,

A travers ormes et sapins,

D'étranges musiques me grisent ;

Je vois des yeux dans le soir étoilé :

Là je suis né...

 

Petit village au bord des champs,

Petit village entre les haies,

Tour à tour paré de fleurs et de baies,

Lorsque les doux chants

De ton frais printemps,

Quand l'odeur de tes violettes,

De tes blancs muguets

Pénètrent mon cœur inquiet,

J'oublie et tumulte et tempêtes ;

J'entends des voix dans le soir parfumé :

Là j'ai aimé...

 

Petit village aux courtils verts,

Petit village de silence,

Où la cloche sonne un vieil air de France,

J'aime les éclairs

De tes cieux couverts,

Ton soleil fin entre les arbres,

Les feux de tes nuits,

L'oeil fixe et profond de tes puits,

Ton doux cimetière sans marbres,

Plein d'oiseaux fous et luisant comme pré :

Là je viendrai...

 

Philéas Lebesgue

 

IMG_7347

 

IMG_7348

 

 

IMG_7349

 

IMG_7358

 

IMG_7359

 

IMG_7362

 

IMG_7365

 

Posté par Josiane64 à 17:52 - Commentaires [18] - Permalien [#]

mercredi 26 novembre

UNE CASCADE PAS LOIN DE AYDIUS

Cascades

Ruisseau,ruisseau, chante gaiement,
Car, dans quelques instants,
Ta douce mélodie,
Se répétera à l'infini,
Comme un murmure dans les mares,
Un écho dans la nuit.

Les rivières ont des cheveux d'argent,
Qui tombent épars sur leur dos de pierre.

Torrent, torrent, dégringole vivement,
Des montagnes aux sommets d'argent,
Pour tomber avec fracas,
Dans un éclair d'incarnat,
Au soleil couchant;
Au fond des vallées qui s'endorment paisiblement.

Les rivières ont des cheveux d'argent,
Qui tombent épars sur leur dos de pierre.

L'hivers a passé là,
Le chant des cascades n'est plus,
Qu'un faible murmure au fond des bois.
A la place de cheveux d'argent,
Scintillent des cheveux de cristal;
Sous lequels, un faible filet d'eau,
Coule, en chantant tristement
La venue du printemps.

Les rivières ont des cheveux d'argent,
Qui tombent épars sur leur dos de pierre.

Rivière,rivière,qui court lentement,
Dans la plaine battue par les vents.
Entends-tu le plainif chant des mouettes?
C'est la mer qui approche.
La mer aux eaux turquoises,
Dans laquelle tu te jettes
En aval, avec un bruit de cymbales.
Comme un feu d'artifice,
Dans un morceau de ciel.

Les rivières ont des cheveux d'argent,
Qui scintillent au soleil couchant.

 

Laetitia  ROCHE

 

 

IMG_7316

 

IMG_7318

 

IMG_7319

 

IMG_7320

 

IMG_7321

 

IMG_7322

 

IMG_7323

 

 

Posté par Josiane64 à 16:57 - Commentaires [17] - Permalien [#]

mardi 25 novembre

AYDIUS 4

Village de montagne

Petit village de montagne
en pentes douces
où poussent
les petits châlets de bois
les maisons de pierre aussi.
Hâvre de paix et d'harmonie
la vie paisiblement s'écoule,
sans drame,
sans cri ;
seules les bêtes dans les champs
beuglent ou bêlent 
de temps en temps.
On vit ici à l'heure des saisons
pâturages, champignons
myrtilles sauvages,
et quand l'hiver, et son cortège
de froid, de neige,
pour de longs jours
fait son apparition
 tout le village enfile ses bottes
noue le cache-nez
et se chapeaute.
C'est alors que dans les cuisines
où crépitent les bûches dans la cheminée
on réchauffe la soupe, trempe les tartines
goûtant à la douceur,
en les faisant renaître,
 des gestes simples d'autrefois.

Auteur inconnu

IMG_7299

 

IMG_7301

 

IMG_7302

 

IMG_7303

 

IMG_7304

 

IMG_7305

 

IMG_7306

Posté par Josiane64 à 19:03 - Commentaires [13] - Permalien [#]



Fin »