Photos de Josiane

dimanche 29 mars

LE ROCHER DE LA VIERGE-BIARRITZ

 

Promenades dans les rochers (II)

DEUXIEME PROMENADE

La mer donne l'écume et la terre le sable. 
L'or se mêle à l'argent dans les plis du flot vert.
J'entends le bruit que fait l'éther infranchissable, 
Bruit immense et lointain, de silence couvert.

Un enfant chante auprès de la mer qui murmure. 
Rien n'est grand, ni petit. Vous avez mis, mon Dieu,
Sur la création et sur la créature
Les mêmes astres d'or et le même ciel bleu.

Notre sort est chétif ; nos visions sont belles. 
L'esprit saisit le corps et l'enlève au grand jour.
L'homme est un point qui vole avec deux grandes ailes,
Dont l'une est la pensée et dont l'autre est l'amour.

Sérénité de tout ! majesté ! force et grâce ! 
La voile rentre au port et les oiseaux aux nids. 
Tout va se reposer, et j'entends dans l'espace 
Palpiter vaguement des baisers infinis.

Le vent courbe les joncs sur le rocher superbe, 
Et de l'enfant qui chante il emporte la voix.
O vent ! que vous courbez à la fois de brins d'herbe !
Et que vous emportez de chansons à la fois !

Qu'importe ! Ici tout berce, et rassure, et caresse.
Plus d'ombre dans le coeur ! plus de soucis amers !
Une ineffable paix monte et descend sans cesse
Du bleu profond de l'âme au bleu profond des mers.

 

VICTOR HUGO

 

 

22022015-IMG_8984

 

22022015-IMG_8985

 

IMG_6318

Posté par Josiane64 à 11:30 - Commentaires [18] - Permalien [#]


mardi 24 mars

LE PONT CHABAN DELMAS

 

 

Photos prisent il y a deuxans Il se lève pour laisser passer un 4 mats

 

Sur le Pont Neuf

 

Sur le Pont Neuf j’ai rencontré
Mon autre au loin ma mascarade
Et dans le jour décoloré
Il m’a dit tout bas Camarade

 

 

Sur le Pont Neuf j’ai rencontré
Mon double ignorant et crédule
Et je suis longtemps demeuré
Dans ma propre ombre qui recule

 

 

Sur le Pont Neuf j’ai rencontré
Assis à l’usure des pierres
Le refrain que j’ai murmuré
Le rêve qui fut ma lumière

 

 

Aveugle aveugle rencontré
Passant avec tes regards veufs
Ô mon passé désemparé
Sur le Pont Neuf

 

 

Louis ARAGON

[Le Roman inachevé, 1956]

 

 

97861488_o

 

 

97861564_o

 

97861602_o

 

97861653_o

 

le-pont-chaban-delmas-f0da5f2b-374d-4403-9530-4238bc54f09f

Posté par Josiane64 à 15:21 - Commentaires [27] - Permalien [#]

dimanche 22 mars

LE MIMOSA

 

L'or pur des mimosas

L'or pur des mimosas



Printemps, ramène -nous leur folle floraison
Leur cascade agitée au vent de déraison,
Leur duvet de poussin à l'ombre des dentelles
De feuilles ,caressées par la brise nouvelle.

Le mur blanc resplendit sous leur voile doré
Ils traversent les champs, viennent jusqu'à l'orée
Des chemins d'herbe bleue, montent en troupes denses
Sur les coteaux baignés par les rayons intenses

Ils se veulent soleil, ils se veulent espoir
O les doux mimosas rayonnant jusqu'au soir
Et leur parfum exquis en fragrance légère
Qui baigne l'air nouveau de vagues passagères!

Je sens contre ma joue leur souffle délicat
Je cueille des bouquets que je prends à pleins bras
Et soudain, la maison se remplit de lumière
A l'or du mimosa descendu des clairières...


Marcek

Michèle CORTI

 

 

84793399_o

 

84793577_o

 

84793650_o

 

84793702_o

 

84793769_o

 

 

Posté par Josiane64 à 14:52 - Commentaires [21] - Permalien [#]

vendredi 20 mars

NOIR ET BLANC

 

 

 

NOIR ET BLANC  

Il pleure dans la cour de l’école,

Il semble vraiment malheureux.

Une petite quitte la farandole

Et s’en approche peu à peu.

 

Le garçon est assis par terre

Ses jambes sont repliées

Et dans ses mains il serre

Son visage qu’il veut cacher.

 

 

Quand il voit  la fillette,

Il veut  se lever pour partir

Mais ne baisse pas plus la tête

Car elle lui offre son sourire.

 

Pourquoi tu es seul et tu  pleures ?

Le petit murmure entre ses sanglots

Mais, tu ne vois pas ma couleur ?

On m’a dit plein de méchants mots.

 

Je suis blanche, tu es noir !

Ou est la bonne couleur ?

Est-ce le blanc ou bien le noir ?

Il n’y a pas de bonne couleur !

 

Je ne veux plus que tu pleures

Je ne veux plus te voir malheureux

Mes yeux voient avec mon cœur

Je leur apprendrai si tu veux

 

Poème trouvé

 

 

 

09032015-IMG_9222

 

09032015-IMG_9232

 

12032015-IMG_9251

 

Ce sont des essais que j'ai fait pour la photo N et B

 

 

 

 

 

 

Posté par Josiane64 à 14:55 - Commentaires [22] - Permalien [#]

jeudi 19 mars

LE PRINTEMPS

 

Les photos sont de l'année dernière car cette année je n'en ai pas encore fait sur le printemps

 

 

 

Le printemps


Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses des lilas fleurissent.
Les amantes qui te chérissent
Délivrent leurs cheveux flottants.

Sous les rayons d’or éclatants
Les anciens lierres se flétrissent.
Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses de lilas fleurissent.

Couchons-nous au bord des étangs,
Que nos maux amers se guérissent !
Mille espoirs fabuleux nourrissent
Nos coeurs gonflés et palpitants.
Te voilà, rire du Printemps !

Théodore de Banville

 

 

94761297_o

 

85637752_o

 

94761335_o

 

 

Pommier 3

 

Printemps

 

 

 

printemps 1

 

 

Posté par Josiane64 à 15:44 - Commentaires [17] - Permalien [#]



mardi 17 mars

L'ARBRE

 

Aux arbres


Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! - vous m’avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d’eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m’occupent tout un jour.
La contemplation m’emplit le coeur d’amour.
Vous m’avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l’esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l’oeil dans l’herbe profonde,
L’étude d’un atome et l’étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu,
Arbres, vous m’avez vu fuir l’homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s’élance,
Et je suis plein d’oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, - je vous atteste, ô bois aimés du ciel! -
J’ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon coeur est encor tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l’on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c’est dans votre ombre et dans votre mystère,
C’est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m’endormirai.

Victor Hugo    

 

 

16032015-IMG_9275

 

16032015-IMG_9276

 

16032015-IMG_9277

 

16032015-IMG_9278

 

16032015-IMG_9281

 

 

 

Posté par Josiane64 à 20:02 - Commentaires [21] - Permalien [#]

dimanche 15 mars

LA NATURE EST BELLE

À Aurore


La nature est tout ce qu’on voit,
Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.
Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit,
Tout ce que l’on sent en soi-même.

Elle est belle pour qui la voit,
Elle est bonne à celui qui l’aime,
Elle est juste quand on y croit
Et qu’on la respecte en soi-même.

Regarde le ciel, il te voit,
Embrasse la terre, elle t’aime.
La vérité c’est ce qu’on croit
En la nature c’est toi-même.

George Sand

 

 

 

09032015-IMG_9222

 

09032015-IMG_9223

 

09032015-IMG_9224

 

09032015-IMG_9225

 

09032015-IMG_9226

 

09032015-IMG_9227

 

 

Posté par Josiane64 à 16:33 - Commentaires [28] - Permalien [#]

vendredi 13 mars

AU BORD DE LA NIVE (suite)

Je voudrais aller me promener dans les bois

Je voudrais aller me promener dans les bois ; 
j'aurais un grand chapeau, une robe légère, 
je me griserais d'air et de bonne lumière, 
et tu me rapprendrais à marcher à ton bras.

Je voudrais aller dans un grand bois, un vieux bois, 
où l'on dit que les fées se promènent encore ; 
peut-être en attendant du soir jusqu'à l'aurore, 
qu'une d'elles nous laisserait ouïr sa voix.

Moi je n'ai pas vu d'arbres depuis si longtemps, 
ni de fleurs dans les jardins ! Celles que tu portes,
et que tu poses sur mon lit, à moitié mortes, 
achèvent de mourir dans les appartements.

Ce ne sont pas de vraies fleurs libres sous le ciel ;
elles ont des robes rouges trop tuyautées,
puis, sur les draps, on dirait des taches figées,
taches de sang qui font plus pâles mes mains frêles.

J'aime mes mains à présent, elles sont si blanches ! 
je vois les petites veines bleues sous la peau, 
je n'ai gardé à ma main gauche que l'anneau, 
l'anneau d'or que tu m'as donné avec ton âme.

Mes pauvres mains ont l'air si lasses sur les draps !
Ah ! je voudrais sortir, marcher, je me sens forte, 
je voudrais fuir bien loin, et refermer la porte 
sur cette chambre monotone de malade.

 

Marie NERVAT  (1874-1909)

 

 

05032015-IMG_9173

 

05032015-IMG_9175

 

05032015-IMG_9177

 

05032015-IMG_9181

 

05032015-IMG_9182

 

05032015-IMG_9189

 

 

Posté par Josiane64 à 15:25 - Commentaires [18] - Permalien [#]

mercredi 11 mars

AU BORD DE LA NIVE (suite)

Va ton chemin sans plus t'inquiéter

Va ton chemin sans plus t'inquiéter !
La route est droite et tu n'as qu'à monter,
Portant d'ailleurs le seul trésor qui vaille,
Et l'arme unique au cas d'une bataille,
La pauvreté d'esprit et Dieu pour toi.

Surtout il faut garder toute espérance.
Qu'importe un peu de nuit et de souffrance ?
La route est bonne et la mort est au bout.
Oui, garde toute espérance surtout.
La mort là-bas te dresse un lit de joie.

Et fais-toi doux de toute la douceur.
La vie est laide, encore c'est ta soeur.
Simple, gravis la côte et même chante,
Pour écarter la prudence méchante
Dont la voix basse est pour tenter ta foi.

Simple comme un enfant, gravis la côte,
Humble comme un pécheur qui hait la faute,
Chante, et même sois gai, pour défier
L'ennui que l'ennemi peut t'envoyer
Afin que tu t'endormes sur la voie.

Ris du vieux piège et du vieux séducteur,
Puisque la Paix est là, sur la hauteur,
Qui luit parmi des fanfares de gloire.
Monte, ravi, dans la nuit blanche et noire.
Déjà l'Ange Gardien étend sur toi

Joyeusement des ailes de victoire.

 

Paul VERLAINE

 

 

05032015-IMG_9170

 

05032015-IMG_9179

 

05032015-IMG_9186

 

05032015-IMG_9187

 

05032015-IMG_9188

 

05032015-IMG_9204

 

 

Posté par Josiane64 à 11:31 - Commentaires [26] - Permalien [#]

lundi 09 mars

AU BORD DE LA NIVE (suite)

 

L'offrande à la nature

Nature au coeur profond sur qui les cieux reposent,
Nul n'aura comme moi si chaudement aimé
La lumière des jours et la douceur des choses
L'eau luisante et la terre où la vie a germé.

Anna De Noailles

 

 

 

05032015-IMG_9164

 

05032015-IMG_9169

 

 

05032015-IMG_9170

 

05032015-IMG_9171

 

05032015-IMG_9172

 

05032015-IMG_9174

 

 

Posté par Josiane64 à 16:12 - Commentaires [20] - Permalien [#]

dimanche 08 mars

AU BORD DE LA NIVE

Au bord de l'eau

S'asseoir tous deux au bord d'un flot qui passe,
Le voir passer ;

Tous deux, s'il glisse un nuage en l'espace,
Le voir glisser ;

A l'horizon, s'il fume un toit de chaume,
Le voir fumer ;

Aux alentours, si quelque fleur embaume,
S'en embaumer ;

Si quelque fruit, où les abeilles goûtent,
Tente, y goûter ;

Si quelque oiseau, dans les bois qui l'écoutent,
Chante, écouter...

Entendre au pied du saule où l'eau murmure
L'eau murmurer ;

Ne pas sentir, tant que ce rêve dure,
Le temps durer ;

Mais n'apportant de passion profonde
Qu'à s'adorer ;

Sans nul souci des querelles du monde,
Les ignorer ;

Et seuls, heureux devant tout ce qui lasse,
Sans se lasser,

Sentir l'amour, devant tout ce qui passe,
Ne point passer !

 

René-François SULLY PRUDHOMME

 

 

 

05032015-IMG_9150

 

05032015-IMG_9153

 

05032015-IMG_9154

 

05032015-IMG_9156

 

05032015-IMG_9157

 

05032015-IMG_9161

 

 

Posté par Josiane64 à 17:25 - Commentaires [16] - Permalien [#]

samedi 07 mars

PREMIERES PHOTOS EN NOIR ET BLANC

 

Pour vous montrer mes premiers essais de la photo en Noir et Blanc je vous est trouvé ce poème mais je ne connais pas l'auteur

 

 

 

NOIR ET BLANC  

Il pleure dans la cour de l’école,

Il semble vraiment malheureux.

Une petite quitte la farandole

Et s’en approche peu à peu.

 

Le garçon est assis par terre

Ses jambes sont repliées

Et dans ses mains il serre

Son visage qu’il veut cacher.

 

 

Quand il voit  la fillette,

Il veut  se lever pour partir

Mais ne baisse pas plus la tête

Car elle lui offre son sourire.

 

Pourquoi tu es seul et tu  pleures ?

Le petit murmure entre ses sanglots

Mais, tu ne vois pas ma couleur ?

On m’a dit plein de méchants mots.

 

Je suis blanche, tu es noir !

Ou est la bonne couleur ?

Est-ce le blanc ou bien le noir ?

Il n’y a pas de bonne couleur !

 

Je ne veux plus que tu pleures

Je ne veux plus te voir malheureux

Mes yeux voient avec mon cœur

Je leur apprendrai si tu veux

 

 

 

 

27022015-IMG_9060

 

27022015-IMG_9070

 

 

Posté par Josiane64 à 08:36 - Commentaires [16] - Permalien [#]

mercredi 04 mars

PROMENADE AU BORD DE LA NIVE

 

La Rivière

Robert DESNOS
Recueil : "Contrée"

D’un bord à l’autre bord j’ai passé la rivière,
Suivant à pied le pont qui la franchit d’un jet
Et mêle dans les eaux son ombre et son reflet
Au fil bleui par le savon des lavandières.

J’ai marché dans le gué qui chante à sa manière.
Étoiles et cailloux sous mes pas le jonchaient.
J’allais vers le gazon, j’allais vers la forêt
Où le vent frissonnait dans sa robe légère.

J’ai nagé. J’ai passé, mieux vêtu par cette eau
Que par ma propre chair et par ma propre peau.
C’était hier. Déjà l’aube et le ciel s’épousent.

Et voici que mes yeux et mon corps sont pesants,
Il fait clair et j’ai soif et je cherche à présent
La fontaine qui chante au cœur d’une pelouse.

 

 

 

IMG_8316

 

IMG_8317

 

IMG_8318

 

IMG_8319

 

IMG_8320

 

IMG_8320

 

IMG_8321

 

 

 

Posté par Josiane64 à 17:09 - Commentaires [21] - Permalien [#]

mardi 03 mars

CHENAL DE NAVIGATION A ANGLET (suite)

Au bord de la mer


Près de la mer, sur un de ces rivages
Où chaque année, avec les doux zéphyrs,
On voit passer les abeilles volages
Qui, bien souvent, n’apportent que soupirs,
Nul ne pouvait résister à leurs charmes,
Nul ne pouvait braver ces yeux vainqueurs
Qui font couler partout beaucoup de larmes
Et qui partout prennent beaucoup de coeurs.
Quelqu’un pourtant se riait de leurs chaînes,
Son seul amour, c’était la liberté,
Il méprisait l’Amour et la Beauté.
Tantôt, debout sur un roc solitaire,
Il se penchait sur les flots écumeux
Et sa pensée, abandonnant la terre
Semblait percer les mystères des cieux.
Tantôt, courant sur l’arène marine,
Il poursuivait les grands oiseaux de mer,
Imaginant sentir dans sa poitrine
La Liberté pénétrer avec l’air.
Et puis le soir, au moment où la lune
Traînait sur l’eau l’ombre des grands rochers,
Il voyait à travers la nuit brune
Deux yeux amis sur sa face attachés.
Quand il passait près des salles de danse,
Qu’il entendait l’orchestre résonner,
Et, sous les pieds qui frappaient en cadence
Quand il sentait la terre frissonner
Il se disait: Que le monde est frivole!”
Qu’avez-vous fait de votre liberté!
Ce n’est pour vous qu’une vaine parole,
Hommes sans coeur, vous êtes sans fierté!
Pourtant un jour, il y porta ses pas
Ce qu’il y vit, je ne le saurais dire
Mais sur les monts il ne retourna pas.

Étretat, 1867

Guy de Maupassant, Poésie Diverses

 

 

 

27022015-IMG_9058

 

27022015-IMG_9059

 

27022015-IMG_9063

 

27022015-IMG_9064

 

27022015-IMG_9065

 

27022015-IMG_9066

 

27022015-IMG_9070

 

Ce sont les dernières photos que j'avaient prise pour les grandes marées. La prochaine a lieu le 21 mars

 

 

Posté par Josiane64 à 16:49 - Commentaires [18] - Permalien [#]

lundi 02 mars

CHENAL DE NAVIGATION A ANGLET (suite)

 

Quand la Mer se déchaîne !...

 

Que la mer est belle avec ses blancs moutons ! 
Mais soudain, elle se change en mégère impromptue : 
Fantastique et sublime, semblable à mille démons 
Qui fondent sur les maisons et font trembler les nues ! 

 
Dans un ciel assombrit, déchiré par l'éclair, 
Le vent et le tonnerre font plier les grands arbres, 
Ballottant les oiseaux qui cherchent un repaire. 
Neptune et Jupiter, ont réuni leurs armes !
 

 
L'homme seul, au milieu des éléments déchaînés 
Doit lutter pour sa vie et sauver son bateau, 
Face aux furies infernales si déterminées, 
Qui veulent à tout prix : l'emmener au fond des eaux... 

 
Pauvres marins luttant contre : vague et orages, 
Il vous reste " un ami - un guide sur la terre " 
Debout sur les rochers, tout au bord du rivage, 
Un ange solitaire scintille dans les ténèbres. 

 
Seul, Stoïque, le gardien de phare - coupé du monde, 
Assume et reste là... pour que les autres vivent ! 
Harcelé de milliers de lames qui l'inondent, 
L'encerclent, l'agrippent et meurent en vaines offensives ! 

 
Là où finit la terre, la mer a son royaume ! 
Belliqueuse : elle monte jusqu'au toit des maisons 
Elle envahit les quais, et roule sur les chaumes, 
Bousculant sur la digue les curieux de saison. 

 
Le port avec ses rues sont recouverts d'écume, 
Comme en pleine montagne, on marche dans la neige ! 
La mer est mécontente et montre sa rancune, 
Mais les vieux loups de mer, connaissent bien son manège ! 

 
Déesse irascible, elle veut des sacrifices... 
En sortant de son lit, comme une amante cruelle, 
Elle emporte avec elle les meilleurs de nos fils ! 
Mais qui oserait dire : que la mer n'est pas belle ?...

(Jean-Claude Brinette)

 

 

 

27022015-IMG_9055

 

27022015-IMG_9057

 

27022015-IMG_9059

 

27022015-IMG_9060

 

 

27022015-IMG_9061

 

 

 

27022015-IMG_9062

 

 

PHOTOS PRISENT LE 27 FEVRIER

Posté par Josiane64 à 16:43 - Commentaires [17] - Permalien [#]

dimanche 01 mars

CHENAL DE NAVIGATION A ANGLET (suite)

L’homme et la mer


Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

Charles Baudelaire

 

 

 

27022015-IMG_9049

 

 

27022015-IMG_9050

 

27022015-IMG_9051

 

27022015-IMG_9052

 

27022015-IMG_9053

 

27022015-IMG_9054

 

27022015-IMG_9056

 

 

 

Posté par Josiane64 à 14:09 - Commentaires [21] - Permalien [#]

samedi 28 février

CHENAL DE NAVIGATION A ANGLET

 

La mer


Loin des grands rochers noirs que baise la marée,
La mer calme, la mer au murmure endormeur,
Au large, tout là-bas, lente s’est retirée,
Et son sanglot d’amour dans l’air du soir se meurt.

La mer fauve, la mer vierge, la mer sauvage,
Au profond de son lit de nacre inviolé
Redescend, pour dormir, loin, bien loin du rivage,
Sous le seul regard pur du doux ciel étoilé.

La mer aime le ciel : c’est pour mieux lui redire,
À l’écart, en secret, son immense tourment,
Que la fauve amoureuse, au large se retire,
Dans son lit de corail, d’ambre et de diamant.

Et la brise n’apporte à la terre jalouse,
Qu’un souffle chuchoteur, vague, délicieux :
L’âme des océans frémit comme une épouse
Sous le chaste baiser des impassibles cieux.

Nérée Beauchemin

27022015-IMG_9034

 

27022015-IMG_9035

 

27022015-IMG_9036

 

27022015-IMG_9037

 

27022015-IMG_9038

 

27022015-IMG_9040

 

27022015-IMG_9041

 

 

Posté par Josiane64 à 14:55 - Commentaires [18] - Permalien [#]

jeudi 26 février

LA BELLE NATURE

J' en ai tellement assez du mauvais temps que je voulais mettre des photos qui illuminent. Prisent au mois d'octobre 2014

 

Magie de la nature.

Sonnet.


Béant, je regardais du seuil d'une chaumière 
De grands sites muets, mobiles et changeants, 
Qui, sous de frais glacis d'ambre, d'or et d'argent, 
Vivaient un infini d'espace et de lumière.

C'étaient des fleuves blancs, des montagnes mystiques, 
Des rocs pâmés de gloire et de solennité, 
Des chaos engendrant de leur obscurité 
Des éblouissements de forêts élastiques.

Je contemplais, noyé d'extase, oubliant tout, 
Lorsqu'ainsi qu'une rose énorme, tout à coup, 
La Lune, y surgissant, fleurit ces paysages.

Un tel charme à ce point m'avait donc captivé 
Que j'avais bu des yeux, comme un aspect rêvé, 
La simple vision du ciel et des nuages !
 


Maurice Rollinat.

IMG_6752

 

IMG_6755

 

IMG_6775

 

IMG_6776

 

IMG_6777

 

IMG_6778

 

 

 

Posté par Josiane64 à 15:35 - Commentaires [21] - Permalien [#]

mardi 24 février

BIARRITZ (Dimanche après midi)

Au bord de la mer

La lune de ses mains distraites 
A laissé choir, du haut de l'air, 
Son grand éventail à paillettes 
Sur le bleu tapis de la mer.

Pour le ravoir elle se penche 
Et tend son beau bras argenté ; 
Mais l'éventail fuit sa main blanche, 
Par le flot qui passe emporté.

Au gouffre amer pour te le rendre, 
Lune, j'irais bien me jeter, 
Si tu voulais du ciel descendre, 
Au ciel si je pouvais monter !

 

Théophile GAUTIER

 

 

 

22022015-IMG_8963

 

22022015-IMG_8964

 

22022015-IMG_8969

 

22022015-IMG_8971

 

22022015-IMG_8972

 

22022015-IMG_8974

 

22022015-IMG_8977

 

22022015-IMG_8978

 

22022015-IMG_8984

 

 

 

Posté par Josiane64 à 17:07 - Commentaires [27] - Permalien [#]

lundi 23 février

ANGLET. LA BARRE

 

 

Au bord de la mer


Près de la mer, sur un de ces rivages
Où chaque année, avec les doux zéphyrs,
On voit passer les abeilles volages
Qui, bien souvent, n’apportent que soupirs,
Nul ne pouvait résister à leurs charmes,
Nul ne pouvait braver ces yeux vainqueurs
Qui font couler partout beaucoup de larmes
Et qui partout prennent beaucoup de coeurs.
Quelqu’un pourtant se riait de leurs chaînes,
Son seul amour, c’était la liberté,
Il méprisait l’Amour et la Beauté.
Tantôt, debout sur un roc solitaire,
Il se penchait sur les flots écumeux
Et sa pensée, abandonnant la terre
Semblait percer les mystères des cieux.
Tantôt, courant sur l’arène marine,
Il poursuivait les grands oiseaux de mer,
Imaginant sentir dans sa poitrine
La Liberté pénétrer avec l’air.
Et puis le soir, au moment où la lune
Traînait sur l’eau l’ombre des grands rochers,
Il voyait à travers la nuit brune
Deux yeux amis sur sa face attachés.
Quand il passait près des salles de danse,
Qu’il entendait l’orchestre résonner,
Et, sous les pieds qui frappaient en cadence
Quand il sentait la terre frissonner
Il se disait: Que le monde est frivole!”
Qu’avez-vous fait de votre liberté!
Ce n’est pour vous qu’une vaine parole,
Hommes sans coeur, vous êtes sans fierté!
Pourtant un jour, il y porta ses pas
Ce qu’il y vit, je ne le saurais dire
Mais sur les monts il ne retourna pas.

Étretat, 1867

Guy de Maupassant, Poésie Diverses

 

 

 

 

IMG_8803-2

 

IMG_8804-2

 

IMG_8805-2

 

 

IMG_8806-2

 

IMG_8807-2

 

IMG_8808-2

 

IMG_8814-2

 

IMG_8815-2

 

 

Posté par Josiane64 à 14:32 - Commentaires [24] - Permalien [#]



Fin »