Photos de Josiane

samedi 16 décembre

UNE EGLISE

 

Le silence dans une église

Sonnet

Au levant de la nef, penchant son humide urne, 
La nuit laisse tomber l'ombre triste du soir ; 
Chasse insensiblement l'humble clarté diurne ;
Et la voûte s'endort sur le pilier tout noir ;

Le silence entre seul sous l'arceau taciturne,
L'ogive aux vitraux bruns ne se laisse plus voir ; 
L'autel froid se revêt de sa robe nocturne ;
L'orgue s'éteint ; tout dort dans le sacré dortoir !

Dans le silence, un pas résonne sur la dalle ; 
Tout s'éveille, et le son élargit sa spirale, 
L'orgue gémit, l'autel tressaille de ce bruit ;

Le pilier le répète en sa cavité sombre ; 
La voûte le redit, et s'agite dans l'ombre... 
Puis tout s'éteint, tout meurt, et retombe en la nuit !

Jules VERNE   (1828-1905)

 

20102015-20102015-EO5A3066

20102015-20102015-EO5A3067

20102015-20102015-EO5A3068

20102015-20102015-EO5A3070

20102015-20102015-EO5A3071

 

 

L'intérieur de l'église d'ARRUNTZ

 

 

Posté par Josiane64 à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 14 décembre

LE CHEMIN DE HALAGE A USTARITZ

Le chemin du bonheur…

Je connais un chemin qui conduit au bonheur,
Au parcours sinueux réservant des surprises,
Parsemé de cailloux et bordé par des fleurs,
Qui réveillent les sens par des odeurs exquises…

Il suffit de penser aux instants délicieux,
Où des flots de baisers submergeaient nos visages,
Où nos cœurs enlacés sous la voûte des cieux,
Se laissaient emporter jusque dans les nuages…

Il suffit d’accepter la douleur d’un chagrin,
Rejeter le néant d’une amour passagère,
Relever sans faillir la lourdeur du destin,
Accueillir simplement une main étrangère…

Il suffit de savoir regarder près de soi,
Ecouter attentif le chant des tourterelles
Et le souffle du vent suscitant un émoi,
Annonçant le retour des amours éternelles…

 

Alain LALAUDE

 

 

 

05032015-05032015-IMG_9150

05032015-05032015-IMG_9179

05032015-05032015-IMG_9186

 

05032015-05032015-IMG_9187

05032015-05032015-IMG_9188

05032015-05032015-IMG_9204

 

 

 

 

Posté par Josiane64 à 09:47 - Commentaires [14] - Permalien [#]

mardi 12 décembre

LA NIVE

La petite rivière

 

La petite rivière, bleue
Si peu que le ciel ait d'azur,
D'ici fait encore une lieue,
Puis verse au fleuve son flot pur.

Plus grande, elle serait moins douce,
Elle n'aurait pas la lenteur
Qui dans les herbes mène et pousse
Son cours délicat et chanteur.

Elle n'aurait pas de prairies
Plus vertes si près de la main,
Non plus que ces berges fleuries
Où marque à peine le chemin.

Ni le silence si paisible,
Ni parmi les plantes des eaux
L'étroit chenal presque invisible
Entre les joncs et les roseaux.

Et le moulin qui sort des branches
N'aurait pas à bruire ailleurs
Plus d'eau dans ses palettes blanches,
Ni plus de mousses et de fleurs.

La petite rivière est gaie
Ou mélancolique, suivant
Qu'un oiseau chante dans la haie
Ou qu'il pleut et qu'il fait du vent.

Selon l'heure, joyeuse ou triste,
Couleur du soir ou du matin,
Comme une charmeuse elle insiste,
Lorsque l'œil la perd au lointain,

Derrière le saule incolore
Ou le vert des grands peupliers,
A montrer une fois encore
Ses caprices inoubliés.

Albert Mérat.

05032015_05032015_IMG_9153

 

05032015_05032015_IMG_9154

 

05032015_05032015_IMG_9155

 

05032015_05032015_IMG_9156

 

05032015_05032015_IMG_9157

 

05032015_05032015_IMG_9159

 

 



Posté par Josiane64 à 18:47 - Commentaires [13] - Permalien [#]

lundi 11 décembre

LE PETIT TORRENT

Le Torrent et la Rivière

 

Avec grand bruit et grand fracas 
Un Torrent tombait des montagnes : 
Tout fuyait devant lui ; l'horreur suivait ses pas ; 
Il faisait trembler les campagnes. 
Nul voyageur n'osait passer 

Une barrière si puissante : 
Un seul vit des voleurs, et se sentant presser, 
Il mit entre eux et lui cette onde menaçante. 
Ce n'était que menace, et bruit, sans profondeur ; 
Notre homme enfin n'eut que la peur. 
Ce succès lui donnant courage, 
Et les mêmes voleurs le poursuivant toujours, 
Il rencontra sur son passage 
Une Rivière dont le cours 

Image d'un sommeil doux, paisible et tranquille 
Lui fit croire d'abord ce trajet fort facile. 
Point de bords escarpés, un sable pur et net. 
Il entre, et son cheval le met 
À couvert des voleurs, mais non de l'onde noire : 
Tous deux au Styx allèrent boire ; 
Tous deux, à nager malheureux, 
Allèrent traverser au séjour ténébreux, 
Bien d'autres fleuves que les nôtres. 
Les gens sans bruit sont dangereux : 
Il n'en est pas ainsi des autres. 

 

Jean de la Fontaine 
Les Fables VIII

 

 

28102014-IMG_7324

28102014-IMG_7331

28102014-IMG_7332

28102014-IMG_7333

 

28102014-IMG_7336

28102014-IMG_7337

28102014-IMG_7340

 

 

Posté par Josiane64 à 18:22 - Commentaires [15] - Permalien [#]

vendredi 08 décembre

LES CHATS

Le chat

Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d’agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s’enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum
Nagent autour de son corps brun.

Charles BaudelaireLes fleurs du mal

 

 

08092017-_O5A2118

08092017-_O5A2119

08092017-_O5A2120

08092017-_O5A2121

 

IMG_6120

IMG_6126

IMG_6141

IMG_6164

 

J'ai souvent la visite des chats du voisinage. Comme j'aime les chats je suis ravie

 

 

Posté par Josiane64 à 09:53 - Commentaires [15] - Permalien [#]


jeudi 07 décembre

DANS LA BRUME

 Lever de soleil sur la brume                 

                                                                                                                                                                                                                                                                                     La  La nature est tout ce qu’on voit,

                                                                                                                                                                                                                                                                             Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime,

                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Tout ce qu’on sait , tout ce qu’on croit,

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Tout ce que l’on sent en soi-même.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Elle est belle pour qui la voit,

                                                                                                                                                                                                                        Elle est bonne à celui qui l’aime,

                                                                                                                                                                                                                                                      Elle est juste quand on y croit

                                                                                                                                                                                                                                                               Et qu’on la respecte en soi-même.

                                                                                                                                                                                                                                                                                    Regarde le ciel, il te voit,

                                                                                                                                                                                                                                                    Embrasse la terre, elle t’aime.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  La vérité c’est ce qu’on croit

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   En la nature c’est toi-même.

                                                                                                                                                                                                                                                                  (George Sand)

 

 

05122017-_O5A2739

05122017-_O5A2740

05122017-_O5A2741

05122017-_O5A2742

 

 

 

 

Posté par Josiane64 à 10:56 - Commentaires [13] - Permalien [#]

vendredi 01 décembre

IL A NEIGE

 La neige

 

 

L'air donne le frisson comme un breuvage amer.
Le jour est morne, éteint, et prend des tons de cuivre.
Les moineaux, pépiant de froid, se laissent suivre,
Et, s'envolant, font sur la brume un vague éclair.

La neige, floraison pâle des ciels d'hiver,
Fait pleuvoir tristement ses étoiles de givre.
Les arbres aux bourgeons captifs qu'Avril délivre
Se la mettent au front, ainsi qu'un joyau clair.

Frêle et vain ornement, outrage des ramures
A qui va la beauté des larges feuilles mûres,
Où circule le sang glorieux des étés !

Ta blanche clarté fait que j'aime mieux les roses,
Ô neige, dont la grâce est celle des chloroses,
Image des froideurs et des virginités.

Albert Mérat.

01122017-_O5A2737

01122017-_O5A2738

 

30112017-_O5A2730

30112017-_O5A2731



Spectacle ce matin en ouvrant les contrevents

 

 

 

Posté par Josiane64 à 15:21 - Commentaires [26] - Permalien [#]

samedi 25 novembre

LE PONT DE PIERRE A ASCAIN

 

 Le vieux pont

 

Sur le vieux pont verdi de mousse, 
Et tout rongé de lichens roux, 
Deux amants parlaient à voix douce : 
Et c'était nous !

Lui, penché tendrement vers elle, 
Lui disait l'amour et la foi 
Qu'il portait en son cœur fidèle ; 
Et c'était moi !

Elle semblait, pâle, incertaine, 
Tremblante et pourtant sans effroi, 
Écouter une voix lointaine ; 
Et c'était toi !

Sur le vieux pont toujours le même, 
Deux amants ont pris rendez-vous : 
Il lui dit, elle croit, qu'il l'aime ; 
Ce n'est plus nous !

Auguste Angellier

 

 

14112016-EO5A9411

14112016-EO5A9412

14112016-EO5A9414

14112016-EO5A9415

 

15112016-EO5A9492

15112016-EO5A9493

15112016-EO5A9498

24112016-EO5A9826

 

 

 

 

Posté par Josiane64 à 14:33 - Commentaires [21] - Permalien [#]

lundi 20 novembre

LA NATURE

Stances

Maintenant, dans la plaine ou bien dans la montagne,
Chêne ou sapin, un arbre est en train de pousser,
En France, en Amérique, en Turquie, en Espagne,
Un arbre sous lequel un jour je puis passer.

Maintenant, sur le seuil d’une pauvre chaumière,
Une femme, du pied agitant un berceau,
Sans se douter qu’elle est la parque filandière,
Allonge entre ses doigts l’étoupe d’un fuseau.

Maintenant, loin du ciel à la splendeur divine,
Comme une taupe aveugle en son étroit couloir,
Pour arracher le fer au ventre de la mine,
Sous le sol des vivants plonge un travailleur noir.

Maintenant, dans un coin du monde que j’ignore,
Il existe une place où le gazon fleurit,
Où le soleil joyeux boit les pleurs de l’aurore,
Où l’abeille bourdonne, où l’oiseau chante et rit.

Cet arbre qui soutient tant de nids sur ses branches,
Cet arbre épais et vert, frais et riant à l’oeil,
Dans son tronc renversé l’on taillera des planches,
Les planches dont un jour on fera mon cercueil !

Cette étoupe qu’on file et qui, tissée en toile,
Donne une aile au vaisseau dans le port engourdi,
À l’orgie une nappe, à la pudeur un voile,
Linceul, revêtira mon cadavre verdi !

Ce fer que le mineur cherche au fond de la terre
Aux brumeuses clartés de son pâle fanal,
Hélas ! le forgeron quelque jour en doit faire
Le clou qui fermera le couvercle fatal !

A cette même place où mille fois peut-être
J’allai m’asseoir, le coeur plein de rêves charmants,
S’entr’ouvrira le gouffre où je dois disparaître,
Pour descendre au séjour des épouvantements !

Théophile Gautier, Espana

 

 

14112016-EO5A9465

14112016-EO5A9466

16022016-EO5A5286

 

16022016-EO5A5287

16022016-EO5A5289

16022016-EO5A5290

 

 

Posté par Josiane64 à 17:23 - Commentaires [21] - Permalien [#]

dimanche 19 novembre

LA NATURE EN AUTOMNE

L'automne

On voit tout le temps, en automne,
Quelque chose qui vous étonne,
C'est une branche, tout à coup,
Qui s'effeuille dans votre cou.

C'est un petit arbre tout rouge,
Un, d'une autre couleur encor,
Et puis, partout, ces feuilles d'or
Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison,
Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.

Lucie DELARUE-MARDRUS (1874-1945)

 

 

 

21112014-IMG_7737-2

21112014-IMG_7749

21112014-IMG_7751

 

21112014-IMG_7752

21112014-IMG_7753

21112014-IMG_7755

 

 

 

 

Posté par Josiane64 à 09:01 - Commentaires [9] - Permalien [#]

vendredi 17 novembre

LA NIVE

 La petite rivière

 

La petite rivière, bleue
Si peu que le ciel ait d'azur,
D'ici fait encore une lieue,
Puis verse au fleuve son flot pur.

Plus grande, elle serait moins douce,
Elle n'aurait pas la lenteur
Qui dans les herbes mène et pousse
Son cours délicat et chanteur.

Elle n'aurait pas de prairies
Plus vertes si près de la main,
Non plus que ces berges fleuries
Où marque à peine le chemin.

Ni le silence si paisible,
Ni parmi les plantes des eaux
L'étroit chenal presque invisible
Entre les joncs et les roseaux.

Et le moulin qui sort des branches
N'aurait pas à bruire ailleurs
Plus d'eau dans ses palettes blanches,
Ni plus de mousses et de fleurs.

La petite rivière est gaie
Ou mélancolique, suivant
Qu'un oiseau chante dans la haie
Ou qu'il pleut et qu'il fait du vent.

Selon l'heure, joyeuse ou triste,
Couleur du soir ou du matin,
Comme une charmeuse elle insiste,
Lorsque l'œil la perd au lointain,

Derrière le saule incolore
Ou le vert des grands peupliers,
A montrer une fois encore
Ses caprices inoubliés.

Albert Mérat (1840-1909)

 


04042014-95115206_o

04042014-95137312_o

04042014-95137350_o

04042014-95137456_o

04042014-95137527_o



 

Posté par Josiane64 à 13:43 - Commentaires [9] - Permalien [#]

jeudi 16 novembre

LA NATURE

Mon arbre


Il avait poussé par hasard
Dans notre cour sans le savoir
Comme un aveugle dans le noir
Mon arbre
Il était si petit
Que c'était mon ami
Car j'étais tout petit
Comme lui
J'attendais de lui le printemps
Avec deux ou trois fleurs d'argent
Un peu de vert, un peu de blanc
Mon arbre
Et ma vie s'accrochait
A cet arbre léger
Qui grandissait
Comme je grandissais 
  Je savais qu'à force d'amour
Avec un peu d'eau tous les jours
Il ferait exploser la cour
Mon arbre
Qu'il grimperait de joie
Bien par-dessus mon toit
Pour toucher le soleil
De ses doigts
Quand le printemps nous fut donné
Toute la cour le regardait
Se demandant jusqu'où irait
Mon arbre
Mais moi je savais bien
Qu'il irait très très loin
Qu'il monterait jusqu'au soleil
Au moins
Un jour il a fallu gagner
J'ai voyagé, j'ai travaillé
Mais je ne l'ai pas oublié
Mon arbre
Si je reviens chez moi
Et s'il est encor là
Qui sait s'il me reconnaîtra
Mon arbre, mon arbre, mon arbre


Louis Amade.

 

 

01042014-95089532_o

01042014-95089616_o

01042014-95089718_o

04042014-95115007_o

 

04042014-95115067_o

25022014-un-petit-coin-tranquille-56b1bb1e-0951-489c-a494-3518a50aff07

25022014-un-peu-de-calme-4072e399-ebf8-4bc1-a9b4-ee9ba654776e

 

 

 

 

Posté par Josiane64 à 17:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]

mardi 14 novembre

L'AUTOMNE

Feuille rousse, feuille folle

Feuille rousse, feuille folle
Tourne, tourne, tourne et vole !
Tu voltiges au vent léger
Comme un oiseau apeuré.
Feuille rousse, feuille folle !
Sur le chemin de l’école,
J’ai rempli tout mon panier
Des jolies feuilles du sentier.
Feuille rousse, feuille folle !
Dans le vent qui vole, vole,
J’ai cueilli pour mon cahier
La feuille rousse qui dansait.

Luce FILLOL (1918- ...)

 

 

21112014_IMG_7775_2

 

21112014_IMG_7780

 

21112014_IMG_7788

 

21112014_IMG_7789

 

21112014_IMG_7790

 

 

 

Posté par Josiane64 à 19:17 - Commentaires [12] - Permalien [#]

dimanche 12 novembre

COUCHER DE SOLEIL

A l'heure où le soleil se couche

J'ai regardé par la fenêtre, hier après-midi,
A l'heure où, tous les jours, le soleil se couche,
A ce moment si beau où le jour finit.
Je n'ai pu fermer ni les yeux ni la bouche,
Ni bouger ni parler, tant j'étais éblouie.
Je suis restée là, sans geste et sans voix,
Essayant de vivre autant que je pouvais
Ce moment sublime comme l'éternité.
J'avais déjà vu des couchers de soleil,
Mais celui d'hier m'a ensorcelée.
Je ne saurais décrire cette absolue merveille
Que de ma fenêtre hier j'ai regardée.
Aucun mot ne pourrait, ni aucun pinceau,
Faire revivre l'instant qu'hier j'ai vécu.
Hier, j'ai compris le sens de ces mots :
"O temps ! suspends ton vol", pour l'avoir voulu.
L'étendue du ciel, si haut, si élevé,
Le rendait splendide, vibrant d'intensité,
Plus vif et plus immense que l'immensité,
Et le faisait plus beau qu'il n'a jamais été.
Une couleur rosée, mêlée au bleu du ciel,
Changeait à chaque seconde la couleur du ciel.
Les nuages de coton, mobiles et colorés,
Créaient des images et des formes insensées.
Tous les tons de rose, de vert et de bleu,
Du plus clair au moins clair et jusqu'au plus profond,
Défilaient dans le ciel et devant mes yeux,
Pour aller se fondre jusqu'à l'horizon,
En une seule couleur d'une beauté étrange,
Celle du firmament lorsqu'il est orange.
Brillant de mille feux, l'orange un peu rose,
Faisait pour les arbres un peu dénudés,
Bruns et un peu sombres, un fond qui les éclairait,
Quelques minutes encore avant l'obscurité
Profonde de la nuit, noire, foncée et sombre,
Qui allait succéder aux couleurs et aux ombres...
Eteignant les lumières, s'installait à son tour
La belle obscurité pour régner jusqu'au jour,
Majestueuse et grande, comme une belle fée,
Comme une ombre nouvelle, une autre éternité.

 

Fatimas AKROUT

 

 

07112017-_O5A2685

07112017-_O5A2686

07112017-_O5A2687

07112017-_O5A2688

 

07112017-_O5A2689

07112017-_O5A2691

07112017-_O5A2692

 

 

Photos prisent le 7 novembre de la fenêtre de la cuisine

 

 

Posté par Josiane64 à 17:20 - Commentaires [14] - Permalien [#]

mardi 07 novembre

AUTOMNE

Roses d’automne

Aux branches que l’air rouille et que le gel mordore,
Comme par un prodige inouï du soleil,
Avec plus de langueur et plus de charme encore,
Les roses du parterre ouvrent leur coeur vermeil.

Dans sa corbeille d’or, août cueillit les dernières :
Les pétales de pourpre ont jonché le gazon.
Mais voici que, soudain, les touffes printanières
Embaument les matins de l’arrière-saison.

Les bosquets sont ravis, le ciel même s’étonne
De voir, sur le rosier qui ne veut pas mourir,
Malgré le vent, la pluie et le givre d’automne,
Les boutons, tout gonflés d’un sang rouge, fleurir.

En ces fleurs que le soir mélancolique étale,
C’est l’âme des printemps fanés qui, pour un jour,
Remonte, et de corolle en corolle s’exhale,
Comme soupirs de rêve et sourires d’amour.

Tardives floraisons du jardin qui décline,
Vous avez la douceur exquise et le parfum
Des anciens souvenirs, si doux, malgré l’épine
De l’illusion morte et du bonheur défunt.

Nérée Beauchemin

 

 

07112017-_O5A2672

07112017-_O5A2673

07112017-_O5A2674

07112017-_O5A2675

07112017-_O5A2676

 

07112017-_O5A2677

07112017-_O5A2678

07112017-_O5A2679

07112017-_O5A2680

 

 

Photos prisent cet après midi.  Avec ce beau temps je suis alée me promener

 

 

 

Posté par Josiane64 à 19:08 - Commentaires [20] - Permalien [#]

mercredi 01 novembre

COUCHR DE SOLEIL A HANDAYE

 

Le coucher du soleil romantique

Que le soleil est beau quand tout frais il se lève,
Comme une explosion nous lançant son bonjour !
- Bienheureux celui-là qui peut avec amour
Saluer son coucher plus glorieux qu'un rêve !

Je me souviens ! J'ai vu tout, fleur, source, sillon,
Se pâmer sous son oeil comme un coeur qui palpite...
- Courons vers l'horizon, il est tard, courons vite,
Pour attraper au moins un oblique rayon !

Mais je poursuis en vain le Dieu qui se retire ;
L'irrésistible Nuit établit son empire,
Noire, humide, funeste et pleine de frissons ;

Une odeur de tombeau dans les ténèbres nage,
Et mon pied peureux froisse, au bord du marécage,
Des crapauds imprévus et de froids limaçons.

 

Charles BEAUDELAIRE

 

 

07092016-EO5A8316

07092016-EO5A8317

07092016-EO5A8322

07092016-EO5A8324

 

07092016-EO5A8327

07092016-EO5A8330

07092016-EO5A8334

 

 

 

Posté par Josiane64 à 17:36 - Commentaires [23] - Permalien [#]

vendredi 27 octobre

L'AUTOMNE - FIN

 

Roses d’automne

Aux branches que l’air rouille et que le gel mordore,
Comme par un prodige inouï du soleil,
Avec plus de langueur et plus de charme encore,
Les roses du parterre ouvrent leur coeur vermeil.

Dans sa corbeille d’or, août cueillit les dernières :
Les pétales de pourpre ont jonché le gazon.
Mais voici que, soudain, les touffes printanières
Embaument les matins de l’arrière-saison.

Les bosquets sont ravis, le ciel même s’étonne
De voir, sur le rosier qui ne veut pas mourir,
Malgré le vent, la pluie et le givre d’automne,
Les boutons, tout gonflés d’un sang rouge, fleurir.

En ces fleurs que le soir mélancolique étale,
C’est l’âme des printemps fanés qui, pour un jour,
Remonte, et de corolle en corolle s’exhale,
Comme soupirs de rêve et sourires d’amour.

Tardives floraisons du jardin qui décline,
Vous avez la douceur exquise et le parfum
Des anciens souvenirs, si doux, malgré l’épine
De l’illusion morte et du bonheur défunt.

Nérée Beauchemin

 

 

 

 

 

25102017-_O5A2611

 

25102017-_O5A2598

 

25102017-_O5A2596

 

25102017-_O5A2595

 

25102017-_O5A2591

 

25102017-_O5A2590

25102017-_O5A2589

25102017-_O5A2586

25102017-_O5A2585

 

 

Posté par Josiane64 à 18:39 - Commentaires [20] - Permalien [#]

jeudi 26 octobre

L'AUTOMNE

L’automne

De boue le chemin est devenu.
Les arbres encore vivement vêtus.
La pluie récente parfume l’air.
Un million de feuilles se couchent par terre.

A la descente de la brume,
le bois secret s’allume.
L’enchantement est divin,
le temps n’a plus de fin.

Errer dans le bois,
voler du passé,
ramasser du thym
gentiment faire du thé.

Rarement le silence reste
dans ce ruisseau fascinant.
Caresser tout le savoir
dans les bras de maintenant.

Chloe Douglas, 1999

 

 

24102017-_O5A2569

24102017-_O5A2570

24102017-_O5A2571

 

24102017-_O5A2572

25102017-_O5A2595

25102017-_O5A2603

 

 

 

Posté par Josiane64 à 14:24 - Commentaires [6] - Permalien [#]

mercredi 25 octobre

L'automne

Roses d’automne

Aux branches que l’air rouille et que le gel mordore,
Comme par un prodige inouï du soleil,
Avec plus de langueur et plus de charme encore,
Les roses du parterre ouvrent leur coeur vermeil.

Dans sa corbeille d’or, août cueillit les dernières :
Les pétales de pourpre ont jonché le gazon.
Mais voici que, soudain, les touffes printanières
Embaument les matins de l’arrière-saison.

Les bosquets sont ravis, le ciel même s’étonne
De voir, sur le rosier qui ne veut pas mourir,
Malgré le vent, la pluie et le givre d’automne,
Les boutons, tout gonflés d’un sang rouge, fleurir.

En ces fleurs que le soir mélancolique étale,
C’est l’âme des printemps fanés qui, pour un jour,
Remonte, et de corolle en corolle s’exhale,
Comme soupirs de rêve et sourires d’amour.

Tardives floraisons du jardin qui décline,
Vous avez la douceur exquise et le parfum
Des anciens souvenirs, si doux, malgré l’épine
De l’illusion morte et du bonheur défunt.

Nérée Beauchemin

 

 

 

23102017-_O5A2533

23102017-_O5A2534

23102017-_O5A2535

23102017-_O5A2537

 

23102017-_O5A2547

23102017-_O5A2548

23102017-_O5A2549

Posté par Josiane64 à 16:33 - Commentaires [12] - Permalien [#]

mardi 24 octobre

L'AUTOMNE

Sonnet d’automne

Ils me disent, tes yeux, clairs comme le cristal :
 » Pour toi, bizarre amant, quel est donc mon mérite ? « 
– Sois charmante et tais-toi ! Mon coeur, que tout irrite,
Excepté la candeur de l’antique animal,

Ne veut pas te montrer son secret infernal,
Berceuse dont la main aux longs sommeils m’invite,
Ni sa noire légende avec la flamme écrite.
Je hais la passion et l’esprit me fait mal !

Aimons-nous doucement. L’Amour dans sa guérite,
Ténébreux, embusqué, bande son arc fatal.
Je connais les engins de son vieil arsenal :

Crime, horreur et folie ! – Ô pâle marguerite !
Comme moi n’es-tu pas un soleil automnal,
Ô ma si blanche, ô ma si froide Marguerite ?

Charles BaudelaireLes fleurs du mal

 

 

 

23102017-_O5A2522

23102017-_O5A2523

23102017-_O5A2524

23102017-_O5A2527

 

23102017-_O5A2528

23102017-_O5A2530

Posté par Josiane64 à 17:33 - Commentaires [11] - Permalien [#]