Le silence dans une église

Sonnet

Au levant de la nef, penchant son humide urne, 
La nuit laisse tomber l'ombre triste du soir ; 
Chasse insensiblement l'humble clarté diurne ;
Et la voûte s'endort sur le pilier tout noir ;

Le silence entre seul sous l'arceau taciturne,
L'ogive aux vitraux bruns ne se laisse plus voir ; 
L'autel froid se revêt de sa robe nocturne ;
L'orgue s'éteint ; tout dort dans le sacré dortoir !

Dans le silence, un pas résonne sur la dalle ; 
Tout s'éveille, et le son élargit sa spirale, 
L'orgue gémit, l'autel tressaille de ce bruit ;

Le pilier le répète en sa cavité sombre ; 
La voûte le redit, et s'agite dans l'ombre... 
Puis tout s'éteint, tout meurt, et retombe en la nuit !

Jules VERNE   (1828-1905)

 

20102015-20102015-EO5A3066

20102015-20102015-EO5A3067

20102015-20102015-EO5A3068

20102015-20102015-EO5A3070

20102015-20102015-EO5A3071

 

 

L'intérieur de l'église d'ARRUNTZ