Les reflets

Poète : Maurice Rollinat (1846-1903)

Recueil : Les névroses (1883).

À André Gill.


Mon œil halluciné conserve en sa mémoire 
Les reflets de la lune et des robes de moire, 
Les reflets de la mer et ceux des cierges blancs 
Qui brûlent pour les morts près des rideaux tremblants. 
Oui, pour mon œil épris d'ombre et de rutilance, 
Ils ont tant de souplesse et tant de nonchalance 
Dans leur mystérieux et glissant va-et-vient, 
Qu'après qu'ils ont passé mon regard s'en souvient. 
Leur fascination m'est douce et coutumière : 
Âmes de la clarté, soupirs de la lumière, 
Ils imprègnent mon art de leur mysticité 
Et filtrent comme un rêve en mon esprit hanté ; 
Et j'aime ces baisers de la lueur qui rôde, 
Qu'ils me viennent de l'onde ou bien de l'émeraude !

Maurice Rollinat.

06102016-EO5A8624

06102016-EO5A8639

06102016-EO5A8656

06102016-EO5A8668

08062015-08062015-EO5A0801-Panorama

 

15112016-EO5A9517

19082014-IMG_5982

21112014-IMG_7740-2

19082014-IMG_5982

 

21112014-IMG_7740-2

23102017-_O5A2540

27102014-27102014-IMG_7169