mercredi 25 juillet

LES AEBRES

Passage de l'arbre   Un arbre passe, un homme le regarde Et s'aperçoit que ses cheveux sont verts Il bouge un bras tout bruissant de feuillages Une main douce à cueillir les hivers Lentement glisse à travers la muraille Et forme un fruit pour caresser la mer.   Quand l'enfant vient, c'est la forêt qui parle Il ne sait pas qu'un arbre peut parler Il croit entendre un souvenir de sable La vielle écorce aussi le reconnaît Mais elle a peur de ce visage pâle.   Chacun s'éloigne ----- il vole quelques feuilles ... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 16:09 - Commentaires [15] - Permalien [#]

mardi 24 juillet

LE JOUR SE LEVE

Paul VERLAINE1844 - 1896 Le soleil du matin doucement chauffe et dore   Le soleil du matin doucement chauffe et doreLes seigles et les blés tout humides encore,Et l'azur a gardé sa fraîcheur de la nuit.L'on sort sans autre but que de sortir ; on suit,Le long de la rivière aux vagues herbes jaunes,Un chemin de gazon que bordent de vieux aunes.L'air est vif. Par moment un oiseau vole avecQuelque fruit de la haie ou quelque paille au bec,Et son reflet dans l'eau survit à son passage.C'est tout.Mais le songeur aime ce... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 12:08 - Commentaires [7] - Permalien [#]
vendredi 20 juillet

LES FLEURS

Titre : Les fleurs que j'aime. Poète : Louise Colet (1810-1876) Recueil : Fleurs du midi (1836). Fleurs arrosées Par les rosées Du mois de mai, Que je vous aime ! Vous que parsème L'air embaumé !Par vos guirlandes, Les champs, les landes Sont diaprés : La marguerite Modeste habite Au bord des prés.Le bluet jette Sa frêle aigrette Dans la moisson ; Et sur les roches Pendent les cloches Du liseron.Le chèvrefeuille Mêle sa feuille Au... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 14:31 - Commentaires [13] - Permalien [#]
mardi 17 juillet

L'ORAGE ET LA TEMPÊTE

Titre : L'orage. Poète : Alphonse Esquiros (1812-1876) Recueil : Les hirondelles (1834). C'était un beau spectacle au milieu des ténèbres. La lune qui sortait de ses voiles funèbres, Et qui glissait entre deux tours ; L'orage qui là-bas s'avançait dans les nues ; Le château qui voyait, de ses têtes chenues L'éclair sillonner les contours.Les arbres, balancés par le vent qui murmure, Qui secouaient, la nuit, leur longue chevelure, Avec un bruit religieux. La cloche du hameau qui... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 11:06 - Commentaires [12] - Permalien [#]
jeudi 12 juillet

A SAINT ESTEBEN

Charles BAUDELAIRE1821 - 1867 Élévation Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,Par delà le soleil, par delà les ésthers,Par delà les confins des sphères étoilées,Mon esprit, tu te meus avec agilité,Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,Tu sillonnes gayement l'immensité profondeAvec une indicible et mâle volupté.Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;Va te purifier dans l'air supérieur,Et bois, comme une pure et divine liqueur,Le feu clair qui remplit les espaces... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 14:29 - Commentaires [13] - Permalien [#]
mardi 10 juillet

COUCHER DE SOLEIL A UHART MIXE

Charles BAUDELAIRE1821 - 1867 Le coucher du soleil romantique Que le soleil est beau quand tout frais il se lève,Comme une explosion nous lançant son bonjour !- Bienheureux celui-là qui peut avec amourSaluer son coucher plus glorieux qu'un rêve !Je me souviens ! J'ai vu tout, fleur, source, sillon,Se pâmer sous son oeil comme un coeur qui palpite...- Courons vers l'horizon, il est tard, courons vite,Pour attraper au moins un oblique rayon !Mais je poursuis en vain le Dieu qui se retire ;L'irrésistible Nuit établit son empire,Noire,... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 14:34 - Commentaires [10] - Permalien [#]

dimanche 08 juillet

LE MAGNOLIA

ODE AU MAGNOLIA [...] Une fleur de magnolia pure ronde comme un cerclede neigemonta jusqu’à ma fenêtre,me réconciliant avec la beauté.Entre ses feuilles lisses- ocre et vert -fermée,elle était parfaitecomme un oeufcéleste,ouverteelle était la pierrede la lune,Aphrodite embaumée,planète de platine.Ses grands pétales me rappelèrentles drapsde la première luneamoureuse,et son pistilérigéétait tour nuptialedes abeilles.   Ô blancheurentretoutes les blancheurs,fleur immaculée,amour resplendissant,odeur de neige blancheet de... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 14:17 - Commentaires [10] - Permalien [#]
samedi 07 juillet

LE LAC DE BEHASQUE (Fin)

Le lac Nérée Beauchemin En forêt à M. W. Parker. Au creux des humides savanes,Ceint des herbes et des lianesQui foisonnent dans les roseaux,Calme, à l’abri de la rafale,Le lac en plein soleil étaleLe miroir de ses claires eaux. Baignant dans les détours pleins d’ombreLeur manteau de velours vert sombre,Des bois au faîte ensoleillé,Dans ces profondeurs qui nous trompent,Si frais et si moelleux s’estompent,Que l’oeil en est émerveillé. Vienne le crépuscule rouge,La mare noire, où rien ne bouge,Aux feux du ciel... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 10:27 - Commentaires [8] - Permalien [#]
vendredi 06 juillet

LE LAC DE BEHASQUE (3)

POÈME "LE LAC" DE LAMARTINE «LE LAC» (MÉDITATIONS XIII) - ALPHONSE DE LAMARTINE Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour,Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges,Jeter l’ancre un seul jour ?O lac ! l’année à peine a fini sa carrière,Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierreOù tu la vis s’asseoir !Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,Ainsi le vent jetait... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 12:59 - Commentaires [9] - Permalien [#]
jeudi 05 juillet

LAC DE BEHASQUE (2)

Alphonse de LAMARTINE1790 - 1869 Le lac Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,Dans la nuit éternelle emportés sans retour,Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âgesJeter l'ancre un seul jour ?Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierreOù tu la vis s'asseoir !Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondesSur ses pieds adorés.Un soir, t'en... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 11:39 - Commentaires [9] - Permalien [#]