La neige

J’ai posé des bombes, soudain
J’ai vu la neige.
J’ai vu des gens voler,
J’ai vu des rêves…
Sur un funiculaire, tendu,
Le regard vide aussi,
Mon cœur perdu,
J’ai vu la neige fleurir,
J’ai vu des gens courir,
Le regard vide d’ici
Qu’on ne découvre plus.
Et j’ai posé des pièges, encore,
J’ai vu la neige ;
J’ai vu les gens d’ici
Sur un funiculaire, perdus.
Le temps d’écrire, de voir,
Ou le temps de s’enfuir ?
Une course alors, on ne s’attarde plus
Sur un malaise ; finir
Soudain, les bombes et les méandres
De nos regards perdus…
J’ai vu,
S’achever en décembre
Une valse éperdue
A reprendre.

 

Cécile BREUVART

 

 

28012018-_O5A2933

28012018-_O5A2935

28012018-_O5A2936

28012018-_O5A2937

28012018-_O5A2938