mercredi 30 novembre

LA NATURE - A ASCAIN

Voeu Victor Hugo Si j’étais la feuille que rouleL’aile tournoyante du vent,Qui flotte sur l’eau qui s’écoule,Et qu’on suit de l’oeil en rêvant ; Je me livrerais, fraîche encore,De la branche me détachant,Au zéphyr qui souffle à l’aurore,Au ruisseau qui vient du couchant. Plus loin que le fleuve, qui gronde,Plus loin que les vastes forêts,Plus loin que la gorge profonde,Je fuirais, je courrais, j’irais ! Plus loin que l’antre de la louve,Plus loin que le bois des ramiers,Plus loin que la plaine où l’on trouveUne fontaine et... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 16:22 - Commentaires [10] - Permalien [#]

mardi 29 novembre

BIARRITZ

Sur la côte Un vent rude soufflait par les azurs cendrés,Quand du côté de l’aube, ouverte à l’avalanche,L’horizon s’ébranla dans une charge blancheEt dans un galop fou de nuages cabrés. Le jour entier, jour clair, jour sans pluie et sans brume,Les crins sautants, les flancs dorés, la croupe en feu,Ils ruèrent leur course à travers l’éther bleu,Dans un envolement d’argent pâle et d’écume. Et leur élan grandit encor lorsque le soir,Coupant l’espace entier de son grand geste noir,Les poussa vers la mer, où criaient les rafales, ... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 15:27 - Commentaires [12] - Permalien [#]
lundi 28 novembre

A BIARRITZ

L’homme et la mer   Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme Dans le déroulement infini de sa lame, Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.   Tu te plais à plonger au sein de ton image ; Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur Se distrait quelquefois de sa propre rumeur Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.   Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets : Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ; Ô mer, nul ne connaît tes... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 13:44 - Commentaires [18] - Permalien [#]
samedi 26 novembre

LE PONT A BIARRITZ

Le pont Gilles Vigneault Vague est le pont qui passe à demain de naguère Et du milieu de l’âge on est des deux côtés Le mur ne fait pas l’ombre et n’est pas la lumière Qu’on appelait l’hiver qu’on nommera l’été   Il n’est pierre de moi qui dorme quand tu danses Chacune est une oreille et chacune te voit Ton immobilité me tient lieu de silence Et chacun de tes mots tombe à l’envers de moi   Je dis à mots petits de grands espaces d’âge Qui font en leur milieu... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 14:08 - Commentaires [17] - Permalien [#]
vendredi 25 novembre

LE PETIT PORT DE BIARRITZ

Matin sur le port Le soleil, par degrés, de la brume émergeant,Dore la vieille tour et le haut des mâtures ;Et, jetant son filet sur les vagues obscures,Fait scintiller la mer dans ses mailles d’argent. Voici surgir, touchés par un rayon lointain,Des portiques de marbre et des architectures ;Et le vent épicé fait rêver d’aventuresDans la clarté limpide et fine du matin. L’étendard déployé sur l’arsenal palpite ;Et de petits enfants, qu’un jeu frivole excite,Font sonner en courant les anneaux du vieux mur. Pendant qu’un beau... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 15:49 - Commentaires [13] - Permalien [#]
mercredi 23 novembre

LA MER

Rythme des vagues J’étais assis devant la mer sur le galet.Sous un ciel clair, les flots d’un azur violet,Après s’être gonflés en accourant du large,Comme un homme accablé d’un fardeau s’en décharge,Se brisaient devant moi, rythmés et successifs.J’observais ces paquets de mer lourds et massifsQui marquaient d’un hourra leurs chutes régulièresEt puis se retiraient en râlant sur les pierres.Et ce bruit m’enivrait; et, pour écouter mieux,Je me voilai la face et je fermai les yeux.Alors, en entendant les lames sur la grèveBouillonner... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 14:16 - Commentaires [20] - Permalien [#]

lundi 21 novembre

LE PHARE DE BIARRITZ

Le phare   Il a toujours été làComme érigé par les ventsPour qu’il puisse être ce mâtEnchassé dans l’océan Et même si des carcasses gisentComme des monstres de fer crevésAu pied de ces tempes grisesFaites de sel sur les rochers Il a l’oeil sur les ressacsColosse au squelette de pierreCombien d’Ulysse loin d’IthaqueLui doivent leur retour à terre Dans les abimes de la nuitSur l’incertitude des heuresQuand le soir se sait promisAux égarements des douleurs Quand la colère des flots fumeEt qu’elle déchire les récifsQue des... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 14:54 - Commentaires [23] - Permalien [#]
dimanche 20 novembre

LA RIVIERE SOUS LE PETIT PONT

Le petit pont de Pierre Je suisLe seul passageFait de pierres vieilles et hors d'âgePour traverser seul sans ambagesLe ruUn jourTout seul sans arme sans bagageDe tout bord de tous âgesVous franchirezMes bergesJe suis le petit pont de PierreEnjambant la rivièreInvisible ruisseauQui coule tout au fondD'un immense canyonJe suis l'allégorieOù tout passe tout finitVous y serez, un jour, amenésA venir témoignerLe bilan d'une viePour y être appelésA tous participerA l'un, des nombreux festins et banquetsDes esprits.   Jean Louis... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 14:27 - Commentaires [15] - Permalien [#]
mercredi 16 novembre

PONT DE PIERRE

Le petit pont de Pierre Je suisLe seul passageFait de pierres vieilles et hors d'âgePour traverser seul sans ambagesLe ruUn jourTout seul sans arme sans bagageDe tout bord de tous âgesVous franchirezMes bergesJe suis le petit pont de PierreEnjambant la rivièreInvisible ruisseauQui coule tout au fondD'un immense canyonJe suis l'allégorieOù tout passe tout finitVous y serez, un jour, amenésA venir témoignerLe bilan d'une viePour y être appelésA tous participerA l'un, des nombreux festins et banquetsDes esprits.   Jean Louis... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 10:04 - Commentaires [26] - Permalien [#]
dimanche 13 novembre

ENCORE LA TEMPÊTE

Rythme des vagues J’étais assis devant la mer sur le galet.Sous un ciel clair, les flots d’un azur violet,Après s’être gonflés en accourant du large,Comme un homme accablé d’un fardeau s’en décharge,Se brisaient devant moi, rythmés et successifs.J’observais ces paquets de mer lourds et massifsQui marquaient d’un hourra leurs chutes régulièresEt puis se retiraient en râlant sur les pierres.Et ce bruit m’enivrait; et, pour écouter mieux,Je me voilai la face et je fermai les yeux.Alors, en entendant les lames sur la grèveBouillonner... [Lire la suite]
Posté par Josiane64 à 16:39 - Commentaires [8] - Permalien [#]